logo cinemaclub

JOIN
THE CLUB

Du dimanche 24 juillet au samedi 30 juillet,
Le CiNéMa Club vous présente

PROTECT YOU + ME.

Un film de

Brady Corbet

Avec Daniel London and Patricia Conolly

Etats-Unis - 2008 - 10 min
RÉALISATION : Brady Corbet - SCÉNARIO : Brady Corbet - PRODUIT PAR : Erin Wile, Chris Coen & Cassandra Kulukundis - IMAGE : Darius Khondji - MUSIQUE : Silke Matzpohl - MONTAGE : Marc Thomas

PLAY

Retour

categorie

protect1protectprotect3

À l’occasion de la sortie en salles aux Etats-Unis de The Childhood of A Leader — le premier film de Brady Corbet — Le CiNéMa Club présente son court-métrage Protect You + MeThe Childhood Of A Leader a été présenté l’année dernière à la Mostra de Venise en compétition dans la section Horizons et y a remporté le Prix de la meilleure première oeuvre ainsi que celui du meilleur réalisateur. Le film met en scène la montée de la cruauté et de la mégalomanie d’un enfant et futur dictateur, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Le casting rassemble Bérénice Béjo, Liam Cunningham, Yolande Moreau, Stacy Martin et Robert Pattinson. Avec ce premier et ambitieux long-métrage, Brady Corbet s’impose comme une nouvelle voix singulière du cinéma américain indépendant. Tourné il y a dix ans, à l’âge de dix-sept ans, Protect You + Me annonce déjà la patte et le language filmique que l’on retrouve dans son long-métrage.

Dans Protect You + Me, l’allusion d’un événement oublié combiné à une situation dérangeante provoque une extrême réaction chez un homme dînant avec sa mère. Brady Corbet explore comment notre caractère est formé par des moments dont nous nous ne souvenons pas. Son court-métrage et premier long-métrage partagent de nombreuses similarités formelles mais aussi sur le fond : « Enquêter la fugacité de nos souvenirs formateurs est aussi un des thèmes principaux de Childhood » explique le cinéaste. Le sujet de Protect You + Me est plus figuratif que présentatif ; « J’aime que les choses, et par exemple que le style d’une performance, soit élevée quelque part d’hyper-agité, proche de la performance artistique » nous dit-il. La réaction du personnage est en effet plus lyrique que réaliste. Brady Corbet a toujours préféré les extrêmes, évoquant que ses goûts musicaux quand il était adolescent allaient du rock punk à l’opéra, en passant par la musique noise : « J’apprécie les grands gestes ». C’est aussi ce qui l’intéresse dans la narration au cinéma : « Je cherche à aller vers l’inconnu, même si cela peut-être une direction effrayante pour un réalisateur ». Questionné sur ce qui l’intéresse au cinéma aujourd’hui, Brady Corbet développe :

« Je suis fatiguée des narrations traditionnelles. C’est peut-être parce que j’ai grandi en lisant des scénarios que je sais à quel point ils peuvent être manipulatifs. C’est transparent pour moi qu’une difficulté est introduite à la page 12, que les ennemis deviendront amis et les amis des ennemis, etc.. Je trouve ce genre de choses très banal et convenu. Et j’ai l’impression que la beaucoup continuent à utiliser ces méthodes car c’est une sécurité. Si un réalisateur est compétent, techniquement accompli, et qu’il applique son savoir-faire à une narration basique, il y a de fortes chances que le film soit bon. Ce sera un bon film mais pas un grand film. Je m’en fiche un peu des bons films. Je préfèrerais voir des dizaines de mauvais films de Pasolini (il a fait des chefs-d’œuvre mais aussi des mauvais films) que regarder des centaines de thrillers de guerre bien exécutés. Je pense que si quelqu’un souhaite être vraiment bon, il doit prendre le risque d’être un peu nul. Parce qu’être vraiment passionné par quelque chose, cela peut vouloir dire frôler la frontière du ridicule. Quand quelqu’un fait quelque chose de grandiose, c’est comme si un élève se levait sur sa chaise pour crier au milieu du cours et bouleverser le calme. Je comprends que cela peut-être vraiment irritant pour les autres, mais je pense que c’est important pour notre évolution en tant que spectateurs, consommateurs, artistes, et ensemble. »

Brady Corbet

Brady Corbet investie assurément de nouveaux horizons dans le cinéma contemporain — et ceci avec une grande culture cinéphile et des intentions précises. Né en Arizona, Brady Corbet est entré dans le monde du cinéma comme jeune acteur (Thirteen, Mysterious Skin, Funny Games U.S). Il a co-écrit plusieurs scénarios dont Simon Killer d’Antonio Campos et The Sleepwalker de sa femme la réalisatrice Mona Fastvold. Le réalisateur s’entoure d’impressionnants collaborateurs. Protect You + Me est éclairé par le directeur de la photographie Darius Khondji. Au générique de The Childhood Of A Leader on retrouve le musicien Scott Walker, le chef décorateur Jean-Vincent Puzos ainsi que le monteur Dávid Jancsó. À 27 ans, Brady Corbet prépare déjà son second long-métrage intitulé Vox Lux : A 21st Century Portrait sur l’ascension d’une pop star de 1999 à nos jours. Le film sera produit par Killer Films (Velvet Goldmine, I’m Not there, Carol) et tourné en 65 mm. On a déjà hâte de le voir.

Bande-annonce pour The Childhood Of A Leader de Brady Corbet

Partager sur TWITTER, FACEBOOK ou EMAIL

Etats-Unis - 2008 - 10 min
RÉALISATION : Brady Corbet -
SCÉNARIO : Brady Corbet -
PRODUIT PAR : Erin Wile, Chris Coen & Cassandra Kulukundis -
IMAGE : Darius Khondji -
MUSIQUE : Silke Matzpohl -
MONTAGE : Marc Thomas

Partager sur TWITTER, FACEBOOK ou EMAIL

PLAY