JOIN
THE CLUB

Pour connaître le film présenté
chaque semaine !

Du vendredi 16 novembre au jeudi 22 novembre,
Le CiNéMa Club vous présente

PRIMROSE HILL

Un film de

Mikhaël Hers

Avec Hubert Benhamdine, Stéphanie Daub-Laurent, Thibault Vinçon & Jeanne Candel

Réalisation : Mikhaël Hers - Scénario : Mikhaël Hers - Produit par : Florence Auffret - Image : Sébastien Buchmann - Montage : Isabelle Manquillet - Décors : Camille Barbier - Costumes : Natacha Braun
France - 2007 - 57 min

PLAY

Retour

categorie

 

 

Cette semaine, Le CiNéMa Club présente le moyen-métrage Primrose Hill réalisé par le cinéaste français Mikhaël Hers. C’est un film sur l’amitié et la disparition, sur la jeunesse et la prise de responsabilités — un film qui la même durée qu’un album de musique et qui est rythmé par des morceaux classiques mais oubliés de rock indépendant. Présenté en 2007 à la Semaine de la critique, le film témoigne déjà de la mise-en-scène subtile et gracieuse de Mikhaël Hers qui a permis au réalisateur de s’établir comme l’une des nouvelles et brillantes voix du cinéma français.

Au début de Primrose Hill, quatre amis et membres d’un groupe de musique terminent une répétition et partent faire une longue promenade dans le parc de Saint-Cloud.  Ils profitent de leurs retrouvailles qui se font de plus en rares, du début de l’automne et des souvenirs qui leur viennent à l’esprit en se baladant.  Mais ils sont aussi troublés par une absence, celle de leur cinquième amie qui a disparu quelques mois auparavant et dont nous entendons la voix off sur la bande sonore, décrivant un rêve étrangement similaire aux images du film.

Nombreux sont les films qui cherchent à reproduire la simplicité et la pureté d’une chanson pop. Et Primrose Hill réussit à recréer la simplicité d’un bon album de pop. Chacune des longues conversations qui structurent le film agit comme un nouveau morceau, avec sa propre mélodie, son propre arrangement musical, et à travers le film entier. 

Le film bénéficie évidemment du goût évident qu’Hers partage avec les personnages de ses films pour le rock indépendant des années 80 jusqu’au début des années 2000. Primrose Hill est rempli de perles sélectionnées par un expert des bacs de vinyles : spéciale dédicace à Prefab Sprout et Ben Watt, les sons brillants de Felt et Boards of Canada, et même une chanson écrite et interprétée pour le film par Martin Newell du groupe The Cleaners from Venus. 

Mikhaël Hers a étudié à la Fémis avant de se lancer dans une série de moyen-métrages aux structures ambitieuses, dont Primrose Hill est son deuxième. L’admirable cinéaste et critique de la Nouvelle-vague Luc Moullet fut l’un des premiers à défendre les film de Hers, le reconnaissant comme “le plus grand cinéaste français de demain”. Le premier long-métrage de Hers, Memory Lane, fut sélectionné au festival international du film de Locarno en 2010. Il a ensuite réalisé Ce sentiment de l’été (2015), mettant en scène Anders Danieldsen Lie, Judith Chemla, Marie Rivière, Dounia Sichov, et même le réalisateur Josh Safdie et le musicien Mac DeMarco. Son nouveau film Amanda, fut présenté lors de sa première mondiale à la Motra de Venise dans la sélection Orrizonti et sort en France mercredi prochain.

Bande-annonce d’Amanda, le nouveau film de Mikhaël Hers en salles mercredi 21 novembre

Partager sur TWITTER, FACEBOOK ou EMAIL

Réalisation : Mikhaël Hers
Scénario : Mikhaël Hers
Produit par : Florence Auffret
Image : Sébastien Buchmann
Montage : Isabelle Manquillet
Décors : Camille Barbier
Costumes : Natacha Braun
France - 2007 - 57 min

Partager sur TWITTER, FACEBOOK ou EMAIL

PLAY