JOIN
THE CLUB

Pour connaître le film présenté
chaque semaine !

gif

Darius Khondji

Darius Khondji est un directeur de la photographie ayant travaillé avec Jean-Pierre Jeunet, David Fincher, Bernardo Bertolucci, Alan Parker, Roman Polanski, Sydney Pollack, Woody Allen, Michael Haneke et James Gray. Nous lui avons demandé quels seraient cinq films qu’il aimerait montrer et partager demain.

01

Macadam à deux voies, Monte Hellman, 1971

Voir le film

Je pense en premier à ce film américain en couleur, pour sa rêverie sur les années 70. Pour le mythe du road movie, le parcours entre les Etats, la vitesse, la jeunesse photographiée, presque un Robert Franck du cinéma en couleur. La lumière simple et les nuits opaques de l’époque — où les films étaient très sensibles aux émotions mais la pellicule insensible à la lumière. Il fallait encore beaucoup éclairer et ce film échappait à la règle.

02

Plus fort que le diable, John Huston, 1953 

Voir le film

Son énergie incroyable et truculente. Une comédie noire et acide, un film qu’il faut absolument voir ou revoir et puis on ne peut plus s’en passer. Les Anglais et Américains arrivent en Italie dans les années 50. Un film différent de tout autre, que l’on ne peut pas catégoriser.

03

Certains l'aiment chaud,  Billy Wilder, 1959

Voir le film

La comédie parfaite, tous les éléments de réussite sont là. Surtout un casting génial : Tony Curtis et Jack Lemmon, et comme si cela ne suffisait pas Marilyn Monroe, plus belle et sensuelle que jamais. Il faut suivre ce film d’un glamour insensé , au rythme endiablé et au noir et blanc magnifique. On ne peut faire beaucoup mieux dans la comédie américaine, toutes époques confondues.

04

Rocco et ses Frères, Luchino Visconti, 1960

Voir le film

J’ai retrouvé, en voyant pour la dixième fois ce chef d’oeuvre, un film sur la tragédie classique, un opéra vériste. J’ai souvent besoin de me retrouver dans une de ses scènes, comme l’on retrouve un ami très cher.

05

Les Yeux sans visage, Georges Franju, 1960

Voir le film

Le film le plus étrange. Je suis fasciné par ce film depuis la première fois que je l’ai vu, et depuis mon subconscient est peuplé de ses images et de ces impressions visuelles. J’ai du mal à ne pas le mettre dans la liste des dix meilleurs films. Son noir et blanc me fait penser à un Maupassant moderne.

01 Macadam à deux voies, Monte Hellman, 1971

Voir le film

01

twolane1twolane3twolane2

Je pense en premier à ce film américain en couleur, pour sa rêverie sur les années 70. Pour le mythe du road movie, le parcours entre les Etats, la vitesse, la jeunesse photographiée, presque un Robert Franck du cinéma en couleur. La lumière simple et les nuits opaques de l’époque — où les films étaient très sensibles aux émotions mais la pellicule insensible à la lumière. Il fallait encore beaucoup éclairer et ce film échappait à la règle.

02 Plus fort que le diable, John Huston, 1953 

Voir le film

02

beatthedevil2beatthedevil3beatthedevil1

Son énergie incroyable et truculente. Une comédie noire et acide, un film qu’il faut absolument voir ou revoir et puis on ne peut plus s’en passer. Les Anglais et Américains arrivent en Italie dans les années 50. Un film différent de tout autre, que l’on ne peut pas catégoriser.

03 Certains l'aiment chaud,  Billy Wilder, 1959

Voir le film

03

somelikeithot3

somelikeit1

somelikeithot2

La comédie parfaite, tous les éléments de réussite sont là. Surtout un casting génial : Tony Curtis et Jack Lemmon, et comme si cela ne suffisait pas Marilyn Monroe, plus belle et sensuelle que jamais. Il faut suivre ce film d’un glamour insensé , au rythme endiablé et au noir et blanc magnifique. On ne peut faire beaucoup mieux dans la comédie américaine, toutes époques confondues.

04 Rocco et ses Frères, Luchino Visconti, 1960

Voir le film

04

rocco1rocco3rocco2

J’ai retrouvé, en voyant pour la dixième fois ce chef d’oeuvre, un film sur la tragédie classique, un opéra vériste. J’ai souvent besoin de me retrouver dans une de ses scènes, comme l’on retrouve un ami très cher.

05 Les Yeux sans visage, Georges Franju, 1960

Voir le film

05

eyeswithout1eyeswithout3eyeswithout4

Le film le plus étrange. Je suis fasciné par ce film depuis la première fois que je l’ai vu, et depuis mon subconscient est peuplé de ses images et de ces impressions visuelles. J’ai du mal à ne pas le mettre dans la liste des dix meilleurs films. Son noir et blanc me fait penser à un Maupassant moderne.

Partager sur TWITTER, FACEBOOK ou EMAIL