Cancel

FAMILY BUSINESS un film de CHANTAL AKERMAN avec Aurore Clément et Colleen Camp. 1984, Royaume-Uni, 17 min. Une comédie méconnue tournée à Los Angeles par l’incontournable cinéaste belge.

 

Nous adoptons un rythme estival pendant le mois d’août : nous présentons Family Business pour deux semaines au lieu d’une.

 

“Tout le monde voulait aller à Hollywood. Même moi.” révèle Chantal Akerman dans un entretien avec Nicole Brenez. L’incontournable cinéaste belge s’y rend en 1984, et réalise cette courte comédie, plaisanterie sur l’univers hollywoodien. Avec sa grâce candide, appliquée à un comique de gestes et de langage, elle y interprète une version caricaturée d’elle-même venant d’atterrir à Los Angeles et partant à la recherche d’un riche oncle américain qui pourrait l’aider à financer son prochain film. Akerman s’amusa plus tard en disant : “Charlie Chaplin, c’est moi.”

 

 

On retrouve au casting Aurore Clément, l’une des actrices préférées d’Akerman, qui y joue une actrice européenne préparant une audition en anglais avec difficulté (le dialogue est issu du scénario de Golden Eighties qu’Akerman était en train de préparer aux États-Unis). Y figure aussi Colleen Camp (Apocalypse Now, L’Arriviste, American Bluff) qui joue le stéréotype de la femme californienne: glamour, exubérante et vivant dans un monde fantaisiste. 

 

Lorsque le personnage d’Akerman écoute celui de Colleen murmurer des mots doux à son petit ami au téléphone, une facette parfois oubliée de la réalisatrice de Jeanne Dielman fait surface: elle est joyeuse et joueuse, romantique et ironique. Family Business fut une commande pour la télévision anglaise (Channel 4) pour le programme Visions. Elle réalisa ce court-métrage pendant une période où elle se tourne vers la comédie (L’Homme à la valise) et les comédies musicales (Les Années 80), sans jamais perdre sa signature formelle et son sens de la mélancolie.

 

“Si j’étais restée aux USA, qu’aurais-je fait? Des films expérimentaux ou des films hollywoodiens. Des films expérimentaux. J’aurais pas su, ni pu faire des films hollywoodiens, et de toute façon Hollywood n’aurait pas voulu de moi. Je suis arrivée à New York en novembre 1971. Sans argent, et sans anglais. Je m’y suis sentie incroyablement bien. (…) Je me sentais bien dans mon mauvais anglais, débarrassée de l’idée qu’il fallait que je parle bien le français, que j’écrive bien le français.” CHANTAL AKERMAN

 

À 15 ans, Chantal Akerman découvre Pierrot le fou (1965) et comprend qu’elle souhaite devenir cinéaste. Après ses premiers courts-métrages, elle déménage à New York en 1971, et se plonge dans le cinéma underground et expérimental, évoluant aux côtés de réalisateurs comme Michael Snow et Jonas Mekas. Son film Jeanne Dielman, 23, quai du commerce, 1080 Bruxelles (1975), tourné en Belgique lorsqu’elle avait juste 25 ans, est maintenant considéré comme un chef-d’oeuvre du cinéma, ayant marqué le travail de Kelly Reichardt, Gus Van Sant, Sofia Coppola, ou Andrew Bujalski parmi tant d’autres. Un an après le décès de sa mère qui l’affecte profondément, elle se suicide en 2015.

Crédits pour
Family Business
interprètes
Chantal Akerman, Colleen Camp, Aurore Clément, Lloyd Cohn, Leslie Vandermeulen & Marylin Watelet
image
Luc Benhamou
musique
Marc Hérouet
montage
Patrick Mimouni